Pacific Sciences Sociales Sciences sociales Pacifique
Pacific Dialogues
Français English
Retour
Toutes les photos (Grand format)
Sciences sociale Pacifique
Sciences sociale Pacifique


Pacific Inauguration du Pôle (16-17 mars 2011)

Présentation EHESS
 

EHESS, Paris
EHESS, Marseille

L'École


L'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), est issue de la transformation, en 1975, de la sixième section de l'École pratique des hautes études, section de sciences économiques et sociales, fondée en 1947 par Lucien Febvre, Charles Morazé et Fernand Braudel.

L'EHESS occupe une place singulière dans le paysage français de la recherche. Elle forme des docteurs dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, anthropologie, sociologie, économie, géographie, linguistique, psychologie et sciences du langage, démographie, sciences de la cognition, science politique, philosophie et mathématiques), mais elle n'est pas une université.

Forte de 47 centres de recherche, dont 37 sont des unités mixtes avec le Centre National de la Recherche Scientifique, elle ne constitue pas pour autant un établissement de recherche de facture classique. Ordonnée à la formation à la recherche par la recherche, elle organise son activité autour du maillage de ses séminaires de recherche d'une part, de ses programmes de recherche d'autre part, de ses activités éditoriales enfin, en privilégiant l'interdisciplinarité et en favorisant la transversalisation des questionnements et des méthodes. Cette conception de la recherche en sciences sociales conduit l'EHESS à donner une place toute particulière en son sein aux aires culturelles, et à promouvoir activement la pratique de l'interlocution entre les sciences sociales et les autres sciences (les sciences du vivant, notamment) d'une part, entre les sciences sociales et les activités de création (littéraire ou artistique) d'autre part.

Avec 300 enseignants-chercheurs, 500 chercheurs présents dans ses centres de recherche, 450 ingénieurs et techniciens, 3 000 étudiants inscrits, et un budget consolidé de 40 millions d'euros, l'EHESS est également une institution à forte vocation internationale : entretenant des liens conventionnels avec une vaste constellation d'universités à travers le monde, elle accueille chaque année 150 professeurs étrangers invités, et la moitié de ses étudiants viennent d'au-delà des frontières nationales. Sa capacité d'accueil et d'encadrement doctoral et post-doctoral, et le nombre de ses chercheurs publiants la désignent comme l'un des principaux pôles de la recherche en sciences sociales en Europe.


Historique

Si l'École des hautes études en sciences sociales n’a officiellement vu le jour qu’en 1975 en tant qu'institution autonome, lorsque la VIe section de l'École pratique des hautes études (créée en 1947) s’émancipe de la « maison-mère », elle a cependant une longue histoire. Ce que raconte cette histoire ne concerne pas seulement, en effet, le devenir d'une école : la naissance et le développement de l'EHESS constitue un moment de l'histoire des sciences en France depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale et plus particulièrement un moment essentiel dans la construction des sciences sociales, comme domaine épistémologique propre et comme aire d'échanges interdisciplinaires mobilisée par un objet commun : l'homme en société.

C’est par ailleurs une histoire unique, puisque, phénomène singulier, les sciences sociales se sont d’abord agrégées autour de la science historique, elle-même relevant en retour du champ des sciences sociales.

Cette double caractéristique explique certainement l'originalité de l'institution, mais elle renseigne surtout sur la vocation propre qui est devenue la sienne, vocation double et complémentaire d'une analyse en profondeur du passé et d'une recherche expressément orientée sur la compréhension du monde contemporain.

Dès les années 1950, la mise en place des programmes de recherche portant sur les « aires culturelles », sous l'impulsion de Fernand Braudel et de Clemens Heller, illustre bien ces grandes orientations. Ces programmes se proposaient l’étude du monde contemporain à travers un découpage par grandes aires de civilisation, contournant les spécialisations classiques qui morcelaient traditionnellement ces « aires ». Tribut versé à l'histoire selon Braudel, elles devaient prendre en compte, dans le projet d'origine, les notions de mouvement profond et de longue durée constitutives de la réalité sociale. Favorisant un comparatisme bien compris, elles correspondaient aussi intrinsèquement aux grandes orientations théoriques qui avaient présidé à la création de la VIe Section de l’EPHE : la pluralité des temps et le découpage des espaces comme manière de saisir la réalité sociale.

Ce modèle n’est resté ni figé ni intangible et sa discussion a représenté une période charnière pour les sciences sociales et une évolution significative dans l'histoire de la nouvelle Ecole des Hautes études en sciences sociales, un « tournant critique ».

Plusieurs raisons ont gouverné ce changement : d'une part l'épuisement relatif des grandes enquêtes sur des objets transversaux et surtout le fait que le terrain interdisciplinaire ne favorisait pas nécessairement une pratique effective de l'interdisciplinarité ; d'autre part, la disparition progressive des grandes matrices interprétatives qui pouvaient jusqu'alors servir d'unificateurs. Il a fallu repenser ce modèle propre à l'École, en corrélation avec l'autre caractéristique de sa vocation, le souci du monde contemporain. Là encore, la position de l'histoire par rapport aux sciences sociales et comme science sociale a pu être un moteur de réflexion.

Cette réflexion a débouché sur une mise en œuvre nouvelle de l'interdisciplinarité, fondée davantage sur les spécificités et les différences de chaque discipline : elle conjugue une mise à l'épreuve de modèles interprétatifs généraux, avec une critique des effets de dilution méthodologique que l’interdisciplinarité avait tendu à produire au sein de chaque discipline.

L'École des hautes études en sciences sociales pourrait être définie, au terme de cette brève présentation, comme une institution dont le ressort a été dès le départ de faire de ce que l’on a appelé – et qu’on appelle encore – la « crise » des sciences humaines et sociales l’objet de sa réflexion et le lieu du renouvellement des objets et des territoires de ces sciences.


Source : www.ehess.fr/fr/ecole
Source : www.ehess.fr/fr/ecole/historique

  Retour



Sciences sociale Pacifique
Sciences sociale Pacifique Sciences sociale Pacifique Sciences sociale Pacifique
  Autres programmes avec la
participation du Pacific-Dialogues
  Cliquer ici pour accéder aux liens

 
Editions en ligne : Dialogues - Pacifique
  Cliquer ici pour accéder aux liens
 

 
 
Top Top

PACIFIC DIALOGUES
Programmes résultant de la convention entre EHESS | ANU | Ambassade de France | Secrétariat Permanent pour le Pacifique
Pacific dialogues en Français English Pacific Dialogues  Copyright Site web Globedesign © 2017

L’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Australian National University Ambassade de France en Australie Ambassade de France en Australie